Un arti­cle de Loïc Blanchet-Mazuel, paru dans la revue Alter­na­tives végé­tari­ennes n°129 — automne 2017.

Positions des experts en nutrition dans le monde

Crédit : Foto­lia.

Les con­nais­sances en matière de nutri­tion sont en con­stante évo­lu­tion, et les experts en la matière révisent régulière­ment leurs posi­tions offi­cielles. Tour d’horizon de quelques organ­ismes recon­nus qui ont statué sur l’alimentation végé­tale.

• L’Académie de nutri­tion et diété­tique aux États-Unis (AND, Acad­e­my of Nutri­tion and Dietet­ics), la plus grande organ­i­sa­tion de pro­fes­sion­nels de san­té au monde, regroupe plus de 100 000 mem­bres, dont une majorité de diététi­ciens nutri­tion­nistes. En 2016, elle a réaf­fir­mé sa posi­tion de 2009 con­cer­nant l’alimentation végé­tale : « l’alimentation végé­tari­enne bien conçue, y com­pris végé­tal­i­enne, est saine, adéquate sur le plan nutri­tion­nel et peut être béné­fique pour la préven­tion et le traite­ment de cer­taines mal­adies. Cette ali­men­ta­tion est appro­priée à toutes les péri­odes de la vie, notam­ment la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, le troisième âge, et pour les sportifs. » (tra­duc­tion disponible ici en français).

•Ÿ Le PCRM (Physi­cians Com­mit­tee for Respon­si­ble Med­i­cine), organ­isme de recherche à but non lucratif qui déclare regrouper plus de 12 000 médecins aux États-Unis et à tra­vers le monde, va plus loin en indi­quant qu’un « régime végé­tarien est une façon opti­male de sat­is­faire ses besoins nutri­tion­nels. »

•Ÿ L’Association de diété­tique bri­tan­nique (BDA — British Dietet­ic Asso­ci­a­tion) regroupant plus de 9 000 mem­bres a actu­al­isé ses recom­man­da­tions le 07 août 2017, con­fir­mant qu’« un régime végé­tal­ien équili­bré peut être appré­cié par les enfants et les adultes, y com­pris pen­dant la grossesse et l’allaitement, si l’apport nutri­tion­nel est bien plan­i­fié ». Elle tra­vaille en parte­nar­i­at avec la Veg­an soci­ety pour fournir des con­seils fiables au pub­lic et aux pro­fes­sion­nels de san­té.

•Ÿ L’association des Diététistes du Cana­da (DC — Dieti­tians of Cana­da), dans ses recom­man­da­tions de novem­bre 2014, rap­pelle aux per­son­nes végé­tal­i­ennes qu’« une cer­taine plan­i­fi­ca­tion peut être néces­saire pour obtenir suff­isam­ment de pro­téines, fer, zinc, cal­ci­um, vit­a­mines D et B12, et omé­ga-3 à par­tir des ali­ments ou des sup­plé­ments ». Mais « un régime végé­tal­ien sain peut combler tous [les] besoins en élé­ments nutri­tifs à n’importe quelle étape de la vie, y com­pris chez les femmes enceintes ou qui allait­ent et chez les adultes âgés. […] Un régime végé­tal­ien sain com­porte de nom­breux avan­tages pour la san­té, y com­pris des taux moin­dres d’obésité, de mal­adie car­diaque, d’hypertension, d’hypercholestérolémie, de dia­bète de type 2 et de cer­tains types de can­cer. »[4]

•Ÿ L’Association cana­di­enne du dia­bète (Cana­di­an Dia­betes Asso­ci­a­tion) recom­mande les régimes à base de végé­taux pour la thérapie nutri­tion­nelle médi­cale des per­son­nes atteintes d’un dia­bète de type 2.

•Ÿ L’association des diététi­ciens d’Australie (DAA – Dieti­tians Asso­ci­a­tion of Aus­tralia), présen­tant sur son site « les bases des régimes végé­tariens », indique d’emblée que ceux-ci « peu­vent être vrai­ment sains, mais ils doivent être soigneuse­ment plan­i­fiés pour s’assurer que tous les nutri­ments dont [on a] besoin pour être en bonne san­té sont inclus. »

À not­er que toutes ces asso­ci­a­tions de pro­fes­sion­nels font état de la néces­sité de se sup­plé­menter en vit­a­mine B12 pour les végé­tal­iens, via des ali­ments enrichis (comme aux USA et au Cana­da) ou via des com­plé­ments (comme en France notam­ment).

Et en France ?

Ni l’Asso­ci­a­tion française de diété­tique et nutri­tion (AFDN) ni la Société Française de Nutri­tion ne pub­lient sur leurs sites inter­net grand pub­lic de recom­man­da­tions con­cer­nant l’alimentation végé­tale.

 

Quelques recommandations nationales officielles concernant l’alimentation végétale

Les recom­man­da­tions en matière de nutri­tion vari­ent beau­coup selon les pays, les habi­tudes cul­turelles ou religieuses et les pro­duc­tions locales. Extraits de recom­man­da­tions nationales qui pren­nent en compte l’alimentation végé­tale.

•Ÿ Por­tu­gal — La direc­tion générale de la san­té (Direção-Ger­al da Saúde) a pub­lié en 2015 un guide pour un régime végé­tarien sain, disponible en ligne en por­tu­gais et en anglais. Celui-ci indique dans sa con­clu­sion : « Menés de façon appro­priés, les régimes végé­tariens, y com­pris ovo-lac­to-végé­tarien et végé­tal­ien, sont sains et nutri­tion­nelle­ment adéquats pour tous les cycles de la vie, et ils peu­vent être utiles dans la préven­tion et le traite­ment de cer­taines mal­adies chroniques. Cepen­dant, comme dans tous mod­èles ali­men­taires, ils peu­vent être déséquili­brés ». Il insiste enfin sur la néces­sité de sup­plé­men­ta­tion en B12 chez les végé­tal­iens, et pour cer­taines pop­u­la­tions plus à risque de végé­tariens, à savoir les femmes enceintes ou allai­tantes.

•Ÿ Israël — Pour le min­istère de la san­té, « une ali­men­ta­tion végé­tale, judi­cieuse­ment con­som­mée, peut fournir tous les nutri­ments néces­saires, de l’enfance à la vieil­lesse ». Des recom­man­da­tions spé­ci­fiques sont don­nées pour les enfants végé­tariens et végé­tal­iens sur son site inter­net.

•Ÿ Roy­aume-Uni — Le ser­vice de san­té nation­al du Roy­aume-Uni (Nation­al Health Ser­vice – NHS) pub­lie des recom­man­da­tions spé­ci­fiques très détail­lées pour les végé­tariens et végé­tal­iens. Par ailleurs, dans ses recom­man­da­tions nutri­tion­nelles générales à toute la pop­u­la­tion, il inclut sys­té­ma­tique­ment une alter­na­tive végé­tale : « consom­mez des pro­duits laitiers ou des alter­na­tives (comme les bois­sons au soja) », « mangez des hari­cots [secs], des légu­mineuses, du pois­son, des œufs, de la viande ou d’autres pro­téines. […] Les hari­cots [secs], les pois et les lentilles sont de bonnes alter­na­tives à la viande car elles sont moins grass­es et plus rich­es en fibres et pro­téines ».

•Ÿ États-Unis — Le min­istère de l’agriculture (U.S. Depart­ment of Agri­cul­ture – USDA) et le min­istère de la san­té (U.S. Depart­ment of Health and Human Ser­vices — HHS) ont pub­lié en 2015 la 8e édi­tion des direc­tives diété­tiques (Dietary Guide­lines for Amer­i­cans – 2015–2020). Comme au Roy­aume-Uni, les recom­man­da­tions nutri­tion­nelles com­por­tent aus­si bien des pro­duits laitiers que des bois­sons enrichies au soja, et indiquent les dif­férentes sources de pro­téines, notam­ment celles d’origine végé­tale. Ce doc­u­ment pro­pose des mod­èles ali­men­taires sains végé­tariens et végé­tal­iens, pré­cisant la quan­tité détail­lée d’aliments à con­som­mer (fruits, légumes, légu­mineuses, fécu­lents, noix et graines…). Le site choosemyplate.gov réper­to­rie notam­ment les dif­férentes sources de cal­ci­um d’origine végé­tale, et four­nit des con­seils pour les végétariens/végétaliens.

•Ÿ Cana­da — Le min­istère de la san­té du Cana­da (San­té Cana­da) pub­lie un Guide ali­men­taire pour bien manger, dont la dernière ver­sion remonte à 2015. Ce guide pro­pose à chaque fois des sub­sti­tuts végé­taux au lait et à la viande, afin de con­stituer une ali­men­ta­tion végé­tale équili­brée.

• Et en France ?

Il est recom­mandé dans la dernière ver­sion du PNNS (Pro­gramme Nation­al Nutri­tion San­té), parue en 2017, de lim­iter la con­som­ma­tion de viande rouge et de char­cu­terie (respec­tive­ment 70 g et 25 g max­i­mum par jour), et la recom­man­da­tion sur les pro­duits laitiers passe de 3 à 2 par jour. La part belle est faite aux légu­mineuses, qui sor­tent de la clas­si­fi­ca­tion des fécu­lents, et sont par­mi les ali­ments à priv­ilégi­er, au même titre que les fruits et légumes. Les céréales com­plètes sont encour­agées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site grand pub­lic du PNNS, www.mangerbouger.fr, n’est mal­heureuse­ment pas encore mis à jour et indique tou­jours dans ses fich­es con­seils « viande, pois­son ou œuf : 1 à 2 fois par jour, c’est essen­tiel ! » et « des pro­duits laitiers 3 fois par jour ». Sur le même site, le guide La san­té vient en mangeant – le guide nutri­tion­nel pour tous pub­lié en 2002 et non encore réac­tu­al­isé, affirme que « Ali­men­ta­tion végé­tari­enne et équili­bre nutri­tion­nel peu­vent aller de pair à con­di­tion de con­naître cer­taines règles et de les appli­quer », tout en pré­cisant à pro­pos du régime végé­tal­ien « que ce type de régime rend très dif­fi­cile la sat­is­fac­tion des besoins en acides aminés indis­pens­ables, en fer, en cal­ci­um et en cer­taines vit­a­mines. Le suivi d’un régime végé­tal­ien à long terme fait courir des risques pour la san­té, notam­ment pour les enfants ». (dernière mise à jour de l’article et véri­fi­ca­tions sur le site, le 7.2.18)

 

Pour en savoir plus

> Le site de la FAO réper­to­rie les recom­man­da­tions ali­men­taires par pays.
> Le site du pro­gramme européen Eat­ing togeth­er pro­pose une com­para­i­son des posi­tions nationales sur le végé­tarisme en Europe.

 

D’autres arti­cles parus dans la revue Alter­na­tives végé­tari­ennes sont à décou­vrir ici.