Un article de Loïc Blanchet-Mazuel, paru dans la revue Alternatives végétariennes n°129 – automne 2017.

Positions des experts en nutrition dans le monde

Crédit : Fotolia.

Les connaissances en matière de nutrition sont en constante évolution, et les experts en la matière révisent régulièrement leurs positions officielles. Tour d’horizon de quelques organismes reconnus qui ont statué sur l’alimentation végétale.

• L’Académie de nutrition et diététique aux États-Unis (AND, Academy of Nutrition and Dietetics), la plus grande organisation de professionnels de santé au monde, regroupe plus de 100 000 membres, dont une majorité de diététiciens nutritionnistes. En 2016, elle a réaffirmé sa position de 2009 concernant l’alimentation végétale : « l’alimentation végétarienne bien conçue, y compris végétalienne, est saine, adéquate sur le plan nutritionnel et peut être bénéfique pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Cette alimentation est appropriée à toutes les périodes de la vie, notamment la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, le troisième âge, et pour les sportifs. » (traduction disponible ici en français).

•Ÿ Le PCRM (Physicians Committee for Responsible Medicine), organisme de recherche à but non lucratif qui déclare regrouper plus de 12 000 médecins aux États-Unis et à travers le monde, va plus loin en indiquant qu’un « régime végétarien est une façon optimale de satisfaire ses besoins nutritionnels. »

•Ÿ L’Association de diététique britannique (BDA – British Dietetic Association) regroupant plus de 9 000 membres a actualisé ses recommandations le 07 août 2017, confirmant qu’« un régime végétalien équilibré peut être apprécié par les enfants et les adultes, y compris pendant la grossesse et l’allaitement, si l’apport nutritionnel est bien planifié ». Elle travaille en partenariat avec la Vegan society pour fournir des conseils fiables au public et aux professionnels de santé.

•Ÿ L’association des Diététistes du Canada (DC – Dietitians of Canada), dans ses recommandations de novembre 2014, rappelle aux personnes végétaliennes qu’« une certaine planification peut être nécessaire pour obtenir suffisamment de protéines, fer, zinc, calcium, vitamines D et B12, et oméga-3 à partir des aliments ou des suppléments ». Mais « un régime végétalien sain peut combler tous [les] besoins en éléments nutritifs à n’importe quelle étape de la vie, y compris chez les femmes enceintes ou qui allaitent et chez les adultes âgés. […] Un régime végétalien sain comporte de nombreux avantages pour la santé, y compris des taux moindres d’obésité, de maladie cardiaque, d’hypertension, d’hypercholestérolémie, de diabète de type 2 et de certains types de cancer. »[4]

•Ÿ L’Association canadienne du diabète (Canadian Diabetes Association) recommande les régimes à base de végétaux pour la thérapie nutritionnelle médicale des personnes atteintes d’un diabète de type 2.

•Ÿ L’association des diététiciens d’Australie (DAA – Dietitians Association of Australia), présentant sur son site « les bases des régimes végétariens », indique d’emblée que ceux-ci « peuvent être vraiment sains, mais ils doivent être soigneusement planifiés pour s’assurer que tous les nutriments dont [on a] besoin pour être en bonne santé sont inclus. »

À noter que toutes ces associations de professionnels font état de la nécessité de se supplémenter en vitamine B12 pour les végétaliens, via des aliments enrichis (comme aux USA et au Canada) ou via des compléments (comme en France notamment).

Et en France ?

Ni l’Association française de diététique et nutrition (AFDN) ni la Société Française de Nutrition ne publient sur leurs sites internet grand public de recommandations concernant l’alimentation végétale.

 

Quelques recommandations nationales officielles concernant l’alimentation végétale

Les recommandations en matière de nutrition varient beaucoup selon les pays, les habitudes culturelles ou religieuses et les productions locales. Extraits de recommandations nationales qui prennent en compte l’alimentation végétale.

•Ÿ Portugal – La direction générale de la santé (Direção-Geral da Saúde) a publié en 2015 un guide pour un régime végétarien sain, disponible en ligne en portugais et en anglais. Celui-ci indique dans sa conclusion : « Menés de façon appropriés, les régimes végétariens, y compris ovo-lacto-végétarien et végétalien, sont sains et nutritionnellement adéquats pour tous les cycles de la vie, et ils peuvent être utiles dans la prévention et le traitement de certaines maladies chroniques. Cependant, comme dans tous modèles alimentaires, ils peuvent être déséquilibrés ». Il insiste enfin sur la nécessité de supplémentation en B12 chez les végétaliens, et pour certaines populations plus à risque de végétariens, à savoir les femmes enceintes ou allaitantes.

•Ÿ Israël – Pour le ministère de la santé, « une alimentation végétale, judicieusement consommée, peut fournir tous les nutriments nécessaires, de l’enfance à la vieillesse ». Des recommandations spécifiques sont données pour les enfants végétariens et végétaliens sur son site internet.

•Ÿ Royaume-Uni – Le service de santé national du Royaume-Uni (National Health Service – NHS) publie des recommandations spécifiques très détaillées pour les végétariens et végétaliens. Par ailleurs, dans ses recommandations nutritionnelles générales à toute la population, il inclut systématiquement une alternative végétale : « consommez des produits laitiers ou des alternatives (comme les boissons au soja) », « mangez des haricots [secs], des légumineuses, du poisson, des œufs, de la viande ou d’autres protéines. […] Les haricots [secs], les pois et les lentilles sont de bonnes alternatives à la viande car elles sont moins grasses et plus riches en fibres et protéines ».

•Ÿ États-Unis – Le ministère de l’agriculture (U.S. Department of Agriculture – USDA) et le ministère de la santé (U.S. Department of Health and Human Services – HHS) ont publié en 2015 la 8e édition des directives diététiques (Dietary Guidelines for Americans – 2015-2020). Comme au Royaume-Uni, les recommandations nutritionnelles comportent aussi bien des produits laitiers que des boissons enrichies au soja, et indiquent les différentes sources de protéines, notamment celles d’origine végétale. Ce document propose des modèles alimentaires sains végétariens et végétaliens, précisant la quantité détaillée d’aliments à consommer (fruits, légumes, légumineuses, féculents, noix et graines…). Le site choosemyplate.gov répertorie notamment les différentes sources de calcium d’origine végétale, et fournit des conseils pour les végétariens/végétaliens.

•Ÿ Canada – Le ministère de la santé du Canada (Santé Canada) publie un Guide alimentaire pour bien manger, dont la dernière version remonte à 2015. Ce guide propose à chaque fois des substituts végétaux au lait et à la viande, afin de constituer une alimentation végétale équilibrée.

• Et en France ?

Il est recommandé dans la dernière version du PNNS (Programme National Nutrition Santé), parue en 2017, de limiter la consommation de viande rouge et de charcuterie (respectivement 70 g et 25 g maximum par jour), et la recommandation sur les produits laitiers passe de 3 à 2 par jour. La part belle est faite aux légumineuses, qui sortent de la classification des féculents, et sont parmi les aliments à privilégier, au même titre que les fruits et légumes. Les céréales complètes sont encouragées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site grand public du PNNS, www.mangerbouger.fr, n’est malheureusement pas encore mis à jour et indique toujours dans ses fiches conseils « viande, poisson ou œuf : 1 à 2 fois par jour, c’est essentiel ! » et « des produits laitiers 3 fois par jour ». Sur le même site, le guide La santé vient en mangeant – le guide nutritionnel pour tous publié en 2002 et non encore réactualisé, affirme que « Alimentation végétarienne et équilibre nutritionnel peuvent aller de pair à condition de connaître certaines règles et de les appliquer », tout en précisant à propos du régime végétalien « que ce type de régime rend très difficile la satisfaction des besoins en acides aminés indispensables, en fer, en calcium et en certaines vitamines. Le suivi d’un régime végétalien à long terme fait courir des risques pour la santé, notamment pour les enfants ». (dernière mise à jour de l’article et vérifications sur le site, le 7.2.18)

 

Pour en savoir plus

> Le site de la FAO répertorie les recommandations alimentaires par pays.
> Le site du programme européen Eating together propose une comparaison des positions nationales sur le végétarisme en Europe.

 

D’autres articles parus dans la revue Alternatives végétariennes sont à découvrir ici.