Un article issu du dossier “Cessons de consommer les océans”, du n°124 d’Alternatives végétariennes — été 2016, par Isabelle Richaud.

Surnommé le « pirate des mers », le Canadien Paul Watson est l’une des figures au monde les plus connues de la lutte pour la préservation des océans. Il prône également le véganisme.

Capitaine Watson, pourquoi avez‐vous choisi de vous investir avec autant d’énergie pour la préservation des océans et de ses créatures ?

La réponse est très simple : si l’océan meurt, nous mourrons tous. Réduire la biodiversité dans la mer, c’est affaiblir le système qui soutient la vie sur la planète entière. Donc, si nous nous soucions de l’avenir de l’humanité et de la vie, nous n’avons pas d’autre choix que de faire tout ce que nous pouvons pour défendre et protéger la biodiversité marine.

Pouvez‐vous nous expliquer plus en détail en quoi la préservation de la biodiversité marine contribue à soutenir l’ensemble de la vie sur terre ?

L’océan est le système qui soutient la vie sur le vaisseau Terre. Il fournit de la nourriture, de l’oxygène et il régule le climat. Ce système est géré par toute une équipe d’êtres vivants. Les humains ne font pas partie de l’équipage. Nous sommes de simples passagers qui passons notre temps à nous divertir. Nous ne contribuons en rien à la gestion de ce système qui permet la vie. Tout ce que nous faisons est contribuer à tuer l’équipage qui s’en occupe, et il suffit de tuer peu de membres pour que le système s’effondre. Détruisez les baleines et vous détruisez le phytoplancton, car les baleines fournissent du fer, de l’azote et d’autres éléments nutritifs utiles au phytoplancton, qui à son tour fournit de la nourriture pour le zooplancton, qui en fournit pour les poissons, etc. Pendant des centaines de millions d’années, l’océan a été la condition de la vie sur toute la planète. Nous, les humains, détruisons ce système à travers la surpêche, la pollution et une incroyable et arrogante ignorance.

Pensez‐vous vraiment qu’il s’agit d’ignorance, ou bien de refus de voir la réalité écologique en face ?

Les deux à la fois : aujourd’hui, les gens sont volontairement ignorants. Ils choisissent de ne pas voir, de ne pas s’informer. Ils choisissent de se couper des lois de la nature. Ils veulent du luxe mais ils ne veulent pas entendre parler du coût réel de ce luxe. Comme Leonard Cohen l’a écrit, « nous sommes enfermés dans nos souffrances et nos plaisirs en sont le sceau ». La plupart des gens ne veulent pas savoir et, plus encore, ils ne veulent pas être impliqués.

2012-02-20 Paul Watson - Scott Island - DRMassacre des baleines, des phoques, des requins, pêche illégale… vos luttes sont nombreuses. Y a‐t‐il une des campagnes de Sea Shepherd qui vous tient particulièrement à cœur, que vous jugez plus urgente ou plus utile que d’autres ?

Non, car la préservation de toute vie est importante. Certes, la disparition de certaines espèces provoquerait directement la nôtre. Depuis 1950, il y a eu une diminution de 40% des populations de phytoplancton ; or, le phytoplancton fournit plus de 50% de l’oxygène que nous respirons. Mais une population de plancton en bonne santé dépend d’une population de baleines en bonne santé, qui dépend d’une population de poissons en bonne santé, qui dépend elle‐même d’une population d’oiseaux et de mammifères marins en bonne santé…

Vous êtes un pirate… végane. En quoi le véganisme aide les autres causes que vous défendez ?

Vous ne pouvez pas être écologiste si vous consommez des produits animaux. Manger de la viande produit davantage de gaz à effet de serre que l’ensemble du transport. Le secteur de la production carnée est la cause principale de la pollution des eaux souterraines, de l’apparition de zones mortes dans la mer et de la déforestation. Il est aussi le plus grand consommateur d’eau douce de la planète. 40% des poissons pêchés dans la mer sont transformés en farine destinée à l’alimentation des animaux domestiques, si bien que même quand vous mangez du poulet ou du bacon, vous consommez aussi la mer.

Souvenir de la journée de nettoyage des plages co-organisée par l’Association de sensibilisation aux déchets côtiers Les Perles de la côte bleue et la délégation des Bouches-du-Rhône de l’AVF, dimanche 27 septembre 2015 à Marseille, en compagnie de Paul Watson.

Souvenir de la journée de nettoyage des plages co‐organisée par l’Association de sensibilisation aux déchets côtiers Les Perles de la côte bleue et la délégation des Bouches‐du‐Rhône de l’AVF, le 27 septembre 2015 à Marseille en compagnie de Paul Watson.

Sea Shepherd Conservation Society

Militant depuis les années 1970, le capitaine Paul Watson a fondée en 1981 Sea Shepherd Conservation Society (SSCS) (littéralement : société de conservation du « Berger de la mer »), une organisation internationale de protection de la faune et la flore marines. D’abord engagée pour la protection des mammifères, l’association a progressivement étendu le champ de ses luttes. Ses équipes mènent des actions de sensibilisation et de recherche, et, grâce à son importante flotte de navires, l’association intervient directement en haute mer afin de combattre les activités illégales. L’association s’est d’ailleurs rendue célèbre par ses méthodes musclées et efficaces de défense des océans : traque de braconniers, attaques de baleiniers pirates.… Ces méthodes lui ont aussi valu de nombreux sabotages et actions en justice. Le Costa Rica et le Japon ont même émis des mandats d’arrêt contre Paul Watson, qui se considère comme réfugié politique en France et aux États‐Unis, des pays qui n’ont pas reconnu ces mandats. En France, SSCS est particulièrement active en Méditerranée, où elle combat notamment la pêche au thon rouge.

 


Les articles au sommaire de ce dossier spécial sur les animaux marins (Alternatives végétariennes n°124, p.14–27).

- Surpêche: une tragédie invisible

- Le boom de l’aquaculture

- L’Agence des aires marines protégées

- La petite boite de thon appauvrit les océans et ruine notre santé

- Entretien avec Paul Watson, fondateur de l’ONG Sea Shepherd

- les associations au service des océans

- Sentience — immersion dans le monde intérieur des animaux aquatiques

- la diversité des formes de conscience chez les espèces aquatiques

- Santé — poisson ou poison?

- Quels équivalents nutritionnels aux animaux marins?



D’autres articles parus dans la revue Alternatives végétariennes sont à lire ici.