Le modèle alimentaire occidental, fondé largement sur les protéines animales, est à l’origine de nombreux problèmes de société. Il contribue à une explosion des maladies de civilisation : obésité, maladies cardiovasculaires, diabète, cancers. Il est insoutenable écologiquement, est responsable de pollutions locales et globales, et d’une grande part de la déforestation en Amazonie. L’élevage dans son ensemble contribue à 14,5% des émissions de gaz à effet de serre, soit davantage que les émissions directes du secteur des transports. Enfin, la souffrance animale causée par ce modèle est colossale. Chaque jour, plus de 3 millions d’animaux sont mis à mort dans les abattoirs français.

La manière dont nous nourrissons n’est pas seulement une affaire personnelle. Les choix que nous faisons chaque jour ont des effets sur les écosystèmes qui abritent la vie, sur les animaux, sur les populations des pays du Sud, et sur les travailleurs les plus précaires de nos pays, qui sont contraints de travailler dans des élevages industriels ou des abattoirs. Ces choix sont aussi déterminés largement par les politiques médicales, fiscales, économiques, par les recommandations nutritionnelles en vigueur et les stratégies des entreprises agro-alimentaires.

Pour infléchir la transition, l’AVF informe. Il est aujourd’hui indispensable de disposer d’une information fiable et solide sur le lien entre alimentation et santé, mais aussi entre alimentation et écologie. Dotée de deux commissions de spécialistes (nutrition-santé et écologie), l’AVF synthétise les informations scientifiques en vigueur, les compile et les met à disposition du grand public. Elle intervient dans l’espace public pour rectifier les discours erronés en la matière.

Parce qu’il ne suffit pas de vouloir changer, l’AVF accompagne. Les études psychologiques prouvent que la volonté de changer est souvent insuffisante. Ainsi 88% de la population française est opposée à l’élevage industriel, mais la plupart continue à consommer les produits issus de cet élevage. L’AVF intervient auprès des entreprises (SNCF, Intermarché, Carrefour, Biocoop, Naturalia…) pour les aider à végétaliser leur offre. Elle propose aussi des outils à tous ceux et toutes celles qui veulent changer d’alimentation, avec notamment ses programmes 1·2·3 Veggie et Défi Veggie. Enfin, elle déploie une offre d’accompagnement à destination de la restauration scolaire, pour la mise en place de menus végétariens dans les cantines. 

Parce que les changements les plus efficaces doivent être menés à grande échelle, l’AVF plaide. Interlocutrice des pouvoirs publics et des acteurs politiques, l’AVF conseille celles et ceux qui agissent pour la transition alimentaire. Elle développe des propositions politiques à tous les échelons de la société, évalue les programmes politiques, et communique à son public les positionnements des acteurs politiques. 

Ambitieuse et pragmatique, L’AVF est l’association de toutes celles et de tous ceux qui souhaitent contribuer à la transition alimentaire : véganes, végétarien·ne·s, végé-curieux·ses, personnes en transition… Elle offre les informations et les outils qui permettent de mettre en place une alimentation végétale saine, joyeuse et durable, et valorise tous les pas, individuels et collectifs, qui vont dans cette direction.