Notre mod­èle ali­men­taire occi­den­tal, forte­ment axé sur les pro­téines ani­males, fait porter un lourd trib­ut aux écosys­tèmes, à la san­té publique et à la con­di­tion ani­male. Aujourd’hui, aucune poli­tique écologique sérieuse ne peut être menée sans agir sur la pro­duc­tion ani­male, qui est l’un des prin­ci­paux fac­teurs de pres­sion sur les écosys­tèmes.

Il s’agit de revoir profondément nos façons de nous alimenter et nos politiques agricoles, pour endiguer le dérèglement climatique et l’érosion de la biodiversité, qui menacent l’avenir même de nos sociétés.

Actrice du change­ment, l’Association végé­tari­enne de France (AVF) informe et accom­pa­gne depuis plus de vingt ans toutes celles et tous ceux qui souhait­ent faire advenir un mod­èle ali­men­taire plus durable, plus juste et plus sain. Dans le con­texte des élec­tions européennes 2019, elle pro­pose aujourd’hui seize mesures con­crètes et effi­caces qui vont dans ce sens. En pre­mier lieu, nous revendiquons l’adoption d’un objec­tif européen de réduc­tion de pro­duc­tion et de con­som­ma­tion des pro­duits d’origine ani­male, de 30% d’ici à 2030 et de 80% d’ici à 2050.

Cet objec­tif est un préal­able indis­pens­able dans la per­spec­tive de réori­en­ter notre agri­cul­ture vers plus de dura­bil­ité, en con­stru­isant aujourd’hui des poli­tiques fondées sur la jus­tice sociale, qui pensent con­join­te­ment la défense de l’emploi en zone rurale et la san­té publique.

Une telle transition est possible,
il suffit que nos politiques la défendent.

Les mesures que nous pro­posons visent à trans­former la Poli­tique Agri­cole Com­mune en pro­fondeur, à favoris­er la recon­ver­sion de l’agriculture et à réori­en­ter la con­som­ma­tion vers des choix ali­men­taires plus durables.

Télécharger les 16 mesures portées par l’AVF

 

L’AVF adresse aujourd’hui à l’ensemble des for­ma­tions poli­tiques présentes aux Européennes
ces propo­si­tions et les invite à s’en saisir pour ini­ti­er une véri­ta­ble tran­si­tion agro-ali­men­taire.

Elle recensera et analy­sera leurs posi­tion­nements sur le site vegepolitique.fr dès le mois d’avril.