Agriculture végane : un modèle d’avenir ?

2 min

La croyance la plus répandue aujourd’hui est qu’à partir du moment où nous refusons les intrants chimiques, nous avons absolument besoin des déjections animales pour produire des végétaux. C’est ainsi que le 16 avril dernier, à l’occasion des débats autour de la loi Climat et Résilience, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, affirmait très sérieusement qu’une plante « a besoin de se nourrir », et qu’en conséquence, « il fallait lui fournir de l’azote, qu’il soit minéral (engrais chimique) ou organique (fumier) ».

S’il est aujourd’hui communément admis que la production et la consommation de viande sont bien trop importantes dans les pays industrialisés, et qu’il est vital d’amorcer une réduction importante de cette production-consommation, les discours semblent toujours achopper sur la possibilité de parvenir à un modèle ne comportant aucune exploitation animale. Certes, une alimentation végétale aurait de nombreux bénéfices sur le plan de la santé ; certes, la gastronomie végane présenterait de séduisantes promesses ; certes, les animaux auraient tout avantage à ne pas être exploités… Mais toutes ces belles idées, ayant germé dans la tête d’urbains déconnectés des réalités du terrain, ne prendraient pas en considération les impératifs de l’agronomie.

C’est pour répondre à de telles objections que nous avons entrepris de constituer ce dossier. Qu’est-ce que l’agriculture végane ? Comment s’est-elle développée, et où ? Quelles sont ses promesses et ses limites ? Ce champ de recherche et d’expérimentation n’en est qu’à ses débuts, mais nous souhaitons d’ores et déjà vous faire partager les fruits (et les légumes) de notre exploration. Excellente lecture !

Dossier réalisé par la commission Écologie de l’AVF, et coordonné par Élodie Vieille Blanchard

Contenus de ce dossier

Des nouvelles de l'AVF, de ses actions et du monde végé en général ?
Choisissez vos infolettres
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0