Qu’il s’agisse des très jeunes enfants ou des ado­les­cents, des adultes ou des per­son­nes âgées, des femmes enceintes ou allai­tantes, des séden­taires ou des sportifs, la posi­tion de l’Association Améri­caine de Diété­tique, qui compte plus de 100 000 pro­fes­sion­nels de la san­té, est que « Les ali­men­ta­tions végé­tari­enne et végé­tal­i­enne sont appro­priées durant toutes les étapes de la vie ».

L’alimentation végétarienne adaptée à tous les stades de la vie

L’Association Améri­caine de Diété­tique a de nou­veau pub­lié en 2016 un rap­port basé sur plusieurs cen­taines d’études à pro­pos des ali­men­ta­tions végé­tari­ennes. Ce rap­port indique que « Les ali­men­tions végé­tari­enne et végé­tal­i­enne bien plan­i­fiées sont appro­priées à tous les stades de la vie, y com­pris la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, et pour les ath­lètes. Plan­i­fiées de façon adéquate, elles sat­is­font les besoins nutri­tion­nels des bébés, des enfants et des ado­les­cents, et con­tribuent à une crois­sance nor­male. »

Les bébés et enfants végétariens

Pour les bébés, les diététi­ciens recom­man­dent l’allaitement au sein ; ensuite, les lignes de con­duite pour l’introduction des ali­ments solides sont les mêmes chez les végé­tariens et les non-végé­tariens.
Les courbes de crois­sance des enfants végé­tariens et non végé­tariens sont iden­tiques, du moment que l’alimentation apporte suff­isam­ment de calo­ries et provient d’aliments var­iés.
La pra­tique d’une ali­men­ta­tion végé­tari­enne équili­brée dès le jeune âge aide à met­tre en place de bons com­porte­ments ali­men­taires. Ain­si, les ado­les­cents végé­tariens con­som­ment-ils davan­tage de fibres, de fer, d’acide folique, de vit­a­mines A et C, de fruits et de légumes que les non végé­tariens, mais moins de sucreries, de fast-food ou d’en-cas salés que les non végé­tariens.

Les femmes enceintes et allaitantes végétariennes

L’alimentation végé­tari­enne (y com­pris végé­tal­i­enne) per­met de cou­vrir les besoins en nutri­ments et calo­ries des femmes enceintes et allai­tantes. En ces péri­odes cru­ciales, la recom­man­da­tion est sim­ple­ment de fournir de bonnes sources de vit­a­mines B12, D et B9 (acide folique), ain­si que du fer et de l’acide alpha-linolénique (omé­ga-3) en quan­tité suff­isante, qui peu­vent être apportées par des sup­plé­ments ou des ali­ments enrichis venant com­plé­menter une ali­men­ta­tion var­iée. Il faut égale­ment veiller à mod­ér­er sa con­som­ma­tion d’oméga-6 (huiles de maïs, carthame, tour­nesol) et d’acides gras « trans » (mar­garines à fri­t­ure et graiss­es hydrogénées).

Les personnes âgées végétariennes

Les per­son­nes âgées ont des besoins en calo­ries dimin­ués, mais aug­men­tés en d’autres nutri­ments comme le cal­ci­um, la vit­a­mine D et la vit­a­mine B12, qui néces­si­tent une sup­plé­men­ta­tion dans la plu­part des cas. Ceci n’est pas spé­ci­fique aux végé­tariens et une ali­men­ta­tion végé­tari­enne équili­brée est par­faite­ment adéquate.

Les sportifs végétariens

L’alimentation végé­tari­enne peut égale­ment répon­dre aux besoins des sportifs de com­péti­tion. En par­ti­c­uli­er, les besoins en pro­téines peu­vent être sat­is­faits par des sources var­iées de pro­téines végé­tales, sans avoir recours à des ali­ments spé­ci­aux.