Amendement anti lanceurs d’alerte : les politiques au service de l’exploitation animale

2 min
07 octobre
Céline Joseph

Adopté en commission des finances ce mercredi 5 octobre, un amendement déposé par des parlementaires du groupe Les Républicains vise à supprimer la déduction fiscale aux associations “dont les adhérents sont reconnus coupables d’actes d’intrusion sur les propriétés privées agricoles et établissements industriels“.

C’est absurde, scandaleux et irresponsable.

Planche Insolente Veggie

(c) Insolente Veggie 

Absurde dans la formulation, parce qu’une association ne saurait être rendue responsable des comportements de ses adhérents. Si cette disposition législative devait être adoptée, alors il serait loisible aux activistes animalistes d’adhérer aux associations qui exploitent ou maltraitent les animaux pour leur faire perdre leurs avantages fiscaux !

Scandaleux parce que cet amendement vise évidemment l’association L214, qui grâce à son travail a mis en lumière et fait connaître la violence structurelle subie par les animaux dans les élevages et les abattoirs, ce qui a eu un effet profond sur l’opinion publique. En laissant entendre que la violence serait du côté des lanceurs d’alerte, l’amendement adopté exprime une vision profondément mensongère.

Irresponsable parce qu’à l’heure de l’urgence écologique, il est vital de réduire drastiquement les productions et les consommations animales, et en premier lieu celles issues des exploitations industrielles. En volant au secours de ces exploitations, les députés LR et tous ceux qui ont voté en faveur de leur amendement montrent leur déni climatique, qui est criminel en 2022.

L’AVF affirme sa pleine solidarité avec L214 et plus généralement avec les associations lanceuses d’alerte, dénonce cet amendement et appelle les député·es à le rejeter à l’occasion de la discussion en plénière.

Chiffres et infos clés pour comprendre les enjeux liés au modèle agricole et alimentaire
En France 8 animaux sur 10 sont élevés en intensif. Ce système est évidemment une horreur pour les animaux, mais il est aussi particulièrement fâcheux pour les éleveurs, qui sont poussés à s’endetter à l’extrême, et sont ensuite pieds et poings liés face aux donneurs d’ordre de l’industrie agroalimentaire.

Élodie Veille Blanchard, présidente de l’AVF

👉 Contact presse

👉 Kit média  

👉 Suivre l’AVF sur Twitter @AVF_vege

 

 

(c) photo du communiqué : ledmark31

Des nouvelles de l'AVF, de ses actions et du monde végé en général ?
Choisissez vos infolettres
Panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0