Will est un jeune entrepreneur végane, qui a créé sa propre marque de chaussures, Will’s Vegan Shoes. Quand on fait le choix du végétarisme ou du véganisme, la question des chaussures est importante. L’AVF vous propose cet échange avec Will, qui vise à aider à mieux comprendre cette problématique.

 

Bonjour Will, pourrais-tu te présenter et nous présenter ton entreprise s’il te plait ?

Bonjour ! Je m’appelle Will Green, et Will’s Vegan Shoes est mon entreprise. J’ai fondé Will’s avec le souhait passionné de fournir des chaussures respectueuses des animaux et des humains, au style et au prix des boutiques de chaussures des rues commerçantes. Mon rêve est de faire le lien entre les gens ordinaires et les chaussures véganes produites de façon éthique. Qui que vous soyez et où que vous alliez dans la vie, les Will’s sont là lorsque vous souhaitez faire un choix positif.

 

Depuis quand es-tu végane, et quels ont été les facteurs clés de ton évolution ?

J’ai de la chance, j’ai été élevé dans un foyer végétarien. J’ai été nourri avec des aliments frais et complets – Je n’appréciais pas réellement  cette alimentation quand j’étais plus jeune (Je voulais juste des frites !) mais je l’apprécie vraiment aujourd’hui. Je suis en bonne santé et je comprends que nous devrions vivre avec les animaux – et non pas contre eux. C’est grâce aux informations et au soutien de la Vegan Society britannique et de Animal Aid que j’ai fait connaissance avec le véganisme et l’ai apprécié. J’ai décidé de devenir végane en octobre 2012. Je pense que c’est là quelque chose que tout le monde devrait essayer. Dès que vous le faites, vous développez une nouvelle perspective sur la vie qui est si bienveillante, si positive.

 

Pourquoi as-tu choisi de développer une société dédiée aux chaussures véganes ? Peux-tu nous parler de l’industrie du cuir et de son impact sur les animaux ?

Pour moi, fabriquer des chaussures véganes est une sorte d’évolution naturelle dans ma vie. Tout s’est mis en place alors que je travaillais pour une autre entreprise de chaussures véganes. Les gens me répétaient sans cesse combien il était difficile d’acheter des chaussures éthiques à la mode et à un prix raisonnable. Je connaissais les étapes nécessaires pour fabriquer mes propres chaussures véganes, j’ai donc franchi le pas et créé Will’s au printemps 2013.

Porter des chaussures véganes est si important. Le cuir n’est pas un sous-produit mais constitue bien une source de profit centrale pour l’industrie de l’élevage. La majorité du cuir vient de Chine et d’Inde, des pays aux piètres normes environnementales et sociales. Les animaux endurent les horreurs de l’élevage industriel pour leurs peaux qui sont ensuite traitées avec des produits chimiques hautement toxiques pour les transformer en cuir. Je pense qu’il suffit de se demander en toute honnêteté : est-il acceptable que des animaux et des personnes souffrent pour la fabrication de mes chaussures ?

 

Les chaussures sans cuir sont souvent étiquetées comme “peu respectueuses de l’environnement”. Peux-tu nous parler de l’empreinte écologique et sociale des chaussures que tu vends ?

La principale différence dans une chaussure végane est la tige. Une chaussure végane n’utilise pas de matériaux provenant d’un animal. Une paire de chaussures standard utilise du cuir ou du nubuck pour la tige. Une bonne chaussure végane remplace cela par de la microfibre. La microfibre est produite à partir de pétrole, ce qui n’est pas écologique. Comme alternative au cuir cependant, la production de microfibre peut avoir un impact écologique et social réduit.

L’industrie de l’élevage utilise des ressources considérables en énergie, en eau, et en terres et produit des quantités élevées de méthane. Pour citer PETA Royaume-Uni : « Des produits tels que le formaldéhyde, les sels minéraux, les dérivés du goudron de houille et diverses huiles, teintures et apprêts, certains à base de cyanure, sont utilisés pour transformer les peaux d’animaux en cuir. La majorité du cuir vient de Chine et d’Inde, des pays où les normes environnementales et sociales sont insuffisantes. Les travailleurs et les travailleuses du cuir sont très peu protégés contre ces produits toxiques identifiés par des études comme étant la cause d’une incidence plus élevée de cancer, de cécité, de problèmes respiratoires, de maladies de peau et d’anomalies congénitales chez les personnes travaillant dans les tanneries ou vivant à proximité ». Ce traitement peut également vouloir dire que le cuir n’est plus biodégradable.

Les entreprises qui produisent de la microfibre sont très conscientes de l’impact environnemental de leur produit. Elles investissent dans de nouvelles technologies pour rendre la microfibre plus écologique. Le soutien des véganes, qui choisissent la microfibre comme option sans cruauté, contribue à l’investissement dans la recherche et le développement, et à terme, j’espère à créer une meilleure solution.

Une autre considération lorsque vous choisissez vos chaussures bien sûr est de savoir où elles ont été fabriquées, et qui les a fabriquées. Les Wills sont fabriquées dans les meilleures usines du Portugal, où s’applique le droit de l’Union Européenne et où les personnes travaillent dans des conditions décentes, sans danger et sont justement rémunérées. Je place les droits des animaux et les droits humains au même niveau. Je ne vois pas l’intérêt de protéger une vie et d’en mettre une autre en danger.

J’ai insufflé mes valeurs d’éthique dans cette entreprise, c’est pourquoi mes chaussures sont et resteront toujours véganes et fabriquées de façon éthique. J’aimerais pouvoir un jour dire qu’elles sont écologiques également.

 

Cela représente-t-il un défi selon toi que de diriger une entreprise végane ? Quelles difficultés et opportunités as-tu rencontrées en tant qu’entrepreneur végane ?

Il y a tellement de soutien pour une entreprise végane ici. Merci à toutes les personnes qui m’ont soutenu et qui ont fait de ce voyage un succès. Les associations et les organisations véganes, ainsi que mes clients s’intéressent vraiment à mon entreprise et veulent me voir réussir. Ils croient en ce que j’essaie d’accomplir, ils partagent mon objectif. Je trouve cela si positif, cela m’inspire tous les jours.

Le principal défi que j’ai dû relever avec cette activité a été de trouver les bons matériaux et les usines avec lesquelles travailler. Il est si important pour moi de fournir des chaussures qui ont l’aspect, le toucher et le confort d’une bonne paire de chaussures en cuir, mais qui constituent un Choix Positif. Si je peux parvenir à ceci, alors j’aime penser « Qui ne choisirait pas une paire de mes chaussures ? » et « je peux faire passer le monde entier aux chaussures éthiques ». Il me semble que faire en sorte que les Wills soient vendues dans les magasins des rues commerçantes est la clé de ceci. Je pense que c’est là la grosse opportunité pour moi.

 

Quelles sont tes perspectives quant au développement du véganisme au Royaume-Uni et en Europe?

Je pense que nous vivons un âge d’or où le message du véganisme est “dans l’air du temps”. Les gens écoutent et veulent en savoir davantage. Le véganisme a une telle pertinence aujourd’hui qu’il peut aller jusqu’au bout. Je pense que c’est à nous de faire en sort que cela se produise. Je pense que nous ne réalisons pas le pouvoir que nous avons en tant que population. Si nous prenions tous la responsabilité de nos actions personnelles, nous pourrions tout changer. Pensez-vous que les ateliers de confection clandestins perdureraient si demain toute le monde cessait d’acheter des chaussures à 6 euros ? Des produits chimiques seraient-ils ajoutés à nos aliments si nous choisissions tous d’acheter bio ? Les animaux seraient-ils assassinés si nous arrêtions tous de manger de la viande ? Regardez les changements positifs les plus importants ces dernières 200 années – ils ont tous débuté par l’individu.

Le site de Will’s Vegan Shoes: http://wills-vegan-shoes.com

Interview: EVB.

Traduction: SPG.