Pour Karine Mérel, athlète végane, la course à pied est une vraie passion : elle a participé l’année dernière à dix courses dont une de 100 km sur route ! Souffrant d’un diabète de type 2, elle a tout de même réussi à trouver un équilibre entre sport et alimentation. Et son régime végane lui a même permis de contrôler sa maladie et de régler un problème de tendinite.

– Peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 41 ans et je suis mère au foyer avec 2 enfants de 7 et 9 ans. Auparavant, j’étais commerciale dans le bâtiment dans le Sud de la France d’où je suis originaire. Depuis sept ans, je vis dans les Yvelines en bordure de la forêt de Saint-Germain-en-Laye, mon terrain d’entraînement quasi-quotidien.

– Depuis quand est-ce que tu cours et depuis quand est-ce que tu es végane ?

J’ai pratiqué un peu de course à pied de 2000 à 2004 quand je faisais de la montagne au sein du Club Alpin Français. On faisait quelques courses avec les copains avant la saison de ski alpinisme. C’est comme ça que j’ai découvert ce milieu et pu faire des courses encore peu connues à cette époque comme la désormais célèbre SaintéLyon. Ce n’est qu’après différents déménagements et deux grossesses que j’ai repris sérieusement le footing en septembre 2011 avec l’entrée en maternelle du dernier. Cette même année, je suis devenue végétarienne suite à quelques réflexions de mon aînée sur le fait que manger de la viande c’était comme manger du sang ! J’étais justement en période de remise en cause de mon alimentation suite à la découverte d’un diabète de type 2. J’ai trouvé rapidement mon équilibre entre sport et alimentation. En mars 2012, j’officialise ma reprise avec le semi-marathon de Paris. Et courant 2013, je deviens végane.

– Pourquoi es-tu végane ? Es-tu 100% végane, végétarienne, flexitarienne, crudivore ?

Une fois le pied dans le végétarisme et quelques recherches, j’ai pris conscience de beaucoup de choses sur la condition animale dont je n’avais même pas idée. Et d’un point de vue éthique, je suis en parfaite équation avec le fait d’être végane. Donc oui 100%, après avoir appris à lire les étiquettes !

– Tes enfants sont-ils véganes aussi ?

Mes enfants et mon mari sont eux des omnivores « raisonnés ». C’est moi qui fais les courses et certains produits sont bannis des placards ou du frigo mais ils sont libres de faire leur choix. Pour mes enfants, ils ne mangent pas assez varié mais ce sont des champions pour les crudités et les fruits qu’ils adorent comparé à leurs petits camarades. On pourrait dire qu’ils ont un régime flexitarien.

– Combien de temps est-ce que tu cours par semaine ? À quelle fréquence participes-tu à des courses et quelles sont les distances ?

Je cours 4 fois par semaine voire plus quand je prépare un ultra avec 2 entraînements par jour pour garder des jours de récupération. Soit six à dix heures par semaine. Je ne fais pas beaucoup de courses par an. Pour cette année écoulée, 10 dossards. Avec 1 semi-marathon, 3 marathons, 1 course horaire de six heures, 4 trails de 17, 21, 50km et 80km et mon premier 100 km sur route. Soit entraînement inclus : plus de 2.500 km. J’ai une prédilection pour les longues distances. En 2015, j’ai déjà couru un marathon début janvier, je compte refaire 3 ultras dont un premier vingt-quatre heures en mai.

Karine aux 100 km de Sologne

Karine aux 100 km de Sologne

– Est-ce que tu observes un régime particulier pour pratiquer la course, notamment avant les compétitions ?

Non, j’estime que je mange suffisamment équilibré toute l’année. A priori, ça convient bien. Sur les courses, je mange uniquement des morceaux de bananes ou des barres maisons sur trails avec un mix entre un apport hydrique sucré ou non et rien sur des distances inférieures au marathon, juste de l’eau.

– Comment est-ce que tu équilibres ton alimentation ? Est-ce que tu aimes cuisiner ? Si oui, combien de temps par jour ou par semaine y passes-tu ?

J’adore cuisiner depuis toujours. J’ai un penchant pour la cuisine orientale et asiatique. Mes plats ont des saveurs épicées ! Je consomme essentiellement des fruits et légumes sous toutes les formes et souvent crus. Beaucoup de légumineuses, comme les azukis et les pois chiches. Jamais de pâtes mais plutôt du quinoa, du riz complet ou du sarrasin. Il est nécessaire d’avoir des céréales de qualité. J’y passe un certain temps car presque tout est fait maison : petits-déjeuners, les laits végétaux, graines germées, barres protéinées, gâteau sport et les plats de tous les jours.

– D’après toi, est-ce que tes performances sportives sont liées à ton végétarisme ? Est-ce que tu faisais de meilleurs chronos avant d’être végane ?

Je ne suis pas une championne, je suis juste une coureuse de peloton mais je me donne les moyens d’y arriver. Je ne sais pas s’il y a un lien direct entre le fait que je sois végétalienne et mes qualités d’endurance. Par contre, ça m’aide certainement à avoir une bonne hygiène de vie, à bien récupérer. Et depuis que je suis végane, je n’ai plus de souci avec le diabète qui reste dans des taux élevés mais normaux. Autre amélioration, en passant de végétarienne à végétalienne, j’ai réglé mon problème de tendinite au pied, sûrement avec la suppression totale du lactose. Côté chrono, je pense que c’est une question d’entraînement comme pour tout le monde. Au fil du temps, je m’améliore sans courir après !

– Est-ce que tu pratiques d’autres sports ?

La pratique de la course à pied occupe déjà beaucoup de mon emploi du temps. Quand je le peux, je fais aussi du cyclisme, surtout quand je retourne en montagne. En famille, nous faisons aussi de l’escalade et de la cyclo-randonnée, nous avons déjà sillonné la France et une partie de l’Europe sur nos bicyclettes.

– Quels conseils donnerais-tu à des végétariens (végétaliens) qui n’ont pas le courage de se lancer dans le sport de peur de manquer d’énergie ?

Je leur dirais que si l’envie est là, il faut se lancer. Nous sommes aussi forts que les autres et il ne faut pas hésiter à le montrer. Le truc de bien c’est de se dire qu’on peut le faire aussi en étant végétalien. C’est plutôt ce message qui me plaît !

Propos recueillis par Jean-Christophe Manuceau.

Si vous souhaitez courir végé, n’hésitez pas à consulter la section Sport et Végétarisme de notre forum.