Il est aujourd’hui reconnu que les animaux sont des êtres sensibles, à un degré plus ou moins élevé. Autrement dit, un animal éprouve un ensemble de sentiments (sensations, perceptions et émotions) positifs ou négatifs, depuis la douleur et la peur jusqu’au plaisir et la joie.

Sensibilité et conscience des animaux

Tous les animaux dits « de boucherie » sont des êtres sensibles et conscients, capables d’éprouver des émotions, tout comme les humains. Pourtant, ils sont élevés dans un environnement pauvre qui ne leur permet pas de satisfaire leurs besoins naturels et ils sont privés de tout ce qui peut rendre la vie digne d’être vécue. Et que dire des poissons, grands oubliés lorsque l’on évoque la sensibilité animale ? Les poissons sont pourtant dotés d’un système sensitif périphérique et central complexe qui ne laisse pas de doute sur le fait qu’ils ressentent la douleur.

Des études scientifiques ont par ailleurs montré que certains animaux présentent un type de capacités mentales de haut niveau que l’on croyait, jusqu’alors, réservées aux seuls humains comme :

  • Etre conscients d’eux-mêmes.
  • Etre capables de résoudre des problèmes nouveaux.
  • Avoir des représentations mentales.
  • Comprendre ce que d’autres animaux savent ou se disposent à faire.

Des capacités mentales étonnantes

Depuis quelques décennies, nombre d’exemples issus d’une très grande quantité d’études scientifiques attestent des capacités mentales de haut niveau des animaux. Certains animaux utilisent des techniques pour tromper leur entourage comme le porc qui peut le faire délibérément pour éviter qu’un de ses congénères ne lui vole sa nourriture. Les moutons sont capables de garder le souvenir d’autres moutons ou de personnes humaines pendant au moins deux ans. Un mouton réagit aussi de façon émotionnelle à un visage : il préfère un mouton ou un humain aimable à un mouton ou un humain en colère. Les poulets comprennent qu’un objet caché continue d’exister, une faculté qui dépasse celle des enfants en bas âge. Les vaches se passionnent pour la résolution de problèmes de réflexion. Au cours d’une expérience, lorsqu’elles ont trouvé comment ouvrir une porte pour obtenir de la nourriture, certaines vaches se sont mises à sauter. Les poissons ont une mémoire à long terme impressionnante et les céphalopodes (pieuvres, poulpes) présentent des capacités de mémorisation et d’apprentissage remarquables, dont l’apprentissage par observation d’un congénère.

Le destin des animaux de ferme reste de finir à l’abattoir où ces êtres sensibles et conscients sont tués, écorchés et dépecés pour être transformés en viande.