Médecin, auteur et conférencier américain, Richard Oppenlander étudie depuis plus de 40 ans l’impact de nos choix alimentaires sur notre santé et sur l’environnement. Il a accordé une interview à l’Association végétarienne de France à l’occasion de la parution de Confortablement ignorant, la version française de son livre Confortably unaware (2012).

La lecture de Confortablement ignorant est un moyen simple d’arriver pleinement conscient à la COP21”, nous dit Allain Bougrain-Dubourg qui préface votre livre. Sommes-nous encore trop confortablement ignorants ?

Mon livre parle de vérités que peu d’entre nous souhaitent connaître, et du changement que nous pouvons tous apporter sur des questions qui déterminent l’avenir de l’humanité. Nos choix alimentaires ont un impact majeur sur le dérèglement climatique, sur les forêts vierges décimées, sur la pollution de l’air, des sols, de l’eau et des océans, sur l’érosion des terres, la perte de biodiversité, sans compter les conséquences pour la santé humaine et pour les animaux instrumentalisés. Nous sommes plus de 7 milliards d’êtres humains sur Terre, et nous élevons et tuons 70 milliards d’animaux chaque année pour nous nourrir[1].

Il est de notre devoir à tous de faire des choix en étant les plus informés possible. Certains préfèrent rester ignorants, mais d’autres le sont car ils n’ont pas accès à l’information. Je souhaite contribuer à éveiller les consciences et à proposer des solutions à ceux qui ne croient pas pouvoir agir.

Y a‑t-il consensus aujourd’hui dans la communauté scientifique sur la problématique climat ? Les projections sur l’avenir sont-elles fiables et assez considérées selon vous ?

Il y a en effet un consensus d’opinion aujourd’hui dans la communauté scientifique sur la grande majorité des questions concernant le climat. La principale différence concerne le choix de la façon de contrôler les effets massifs de l’agriculture destinée à l’élevage. Celui-ci produit au minimum 14,5% de tous les gaz à effet de serre anthropogènes globaux, et certains scientifiques prévoient que cela pourrait aller de 22% à 51%, selon les sources[2]. La biosphère qui nous préserve ainsi que toute vie sur Terre sont plus négativement affectées par l’élevage que par n’importe quel autre facteur.

Malheureusement beaucoup de scientifiques ne veulent pas favoriser le remplacement des systèmes d’élevage actuels par des alternatives végétales en raison de la polarisation culturelle ou de l’influence économique de l’industrie de la viande, des produits laitiers et de la pêche.

Une alimentation (plus) végétale est pourtant vraiment incontournable dans les années à venir…

L’adoption totale et universelle d’un régime fondé sur des méthodes de production de végétaux biologiques sera la seule manière d’assurer la pérennité de notre espèce et des autres. Regardons en face ce que l’avenir nous réserve, si nous ne changeons rien à nos habitudes alimentaires : le réchauffement climatique irréversible à notre échelle, une pénurie d’eau douce de 40% prévue en 2030, l’extinction de presque tous les poissons non élevés de façon industrielle estimée pour 2048, la destruction irréversible et quotidienne des forêts tropicales, des taux d’extinction de 1000 à 10 000 fois supérieurs à ceux déjà connus par la Terre, l’épuisement des terres arables disponibles et la perte complète de terrain végétal dans un délai de 60 ans…

Ce n’est pas l’épuisement des combustibles fossiles qui nous tuera, mais bien les effets néfastes cumulés des émissions de gaz à effet de serre, dont une quantité importante provient de l’élevage. Du côté des politiques, des autorités, des institutions publiques, on n’avance pas assez rapidement pour trouver des solutions face à ces enjeux…

Et comment inciter les décideurs politiques à réagir et à agir ?

Tout commence nécessairement par une prise de conscience collective, de la part des gouvernements, des institutions académiques, des médias, des communautés et de tous les citoyens. Il y a un manque d’éducation sur les enjeux du lien entre nos choix alimentaires et l’environnement. Il faut comprendre la ligne de non retour que nous avons franchie, les points irréversibles que nous avons atteints et ceux que nous pouvons encore renverser. C’est l’intention première de mes ouvrages Comfortably unaware et Food Choice and Sustainability : fournir une base de connaissances permettant d’opérer les décisions qui auront un impact positif sur tous les êtres vivants de notre planète, maintenant et pour l’avenir. Il est clair aujourd’hui que nous n’avons pas besoin de consommer viande, poisson et produits laitiers, et que nous pouvons facilement remplacer ces produits issus d’animaux par des alternatives végétales.

Pensez-vous que tout le monde puisse parvenir à ne plus consommer de produits animaux ?

Il n’y a en réalité aucune disposition particulière requise pour cesser de manger de la viande, du poisson et des produits laitiers, seulement le désir d’améliorer la santé de notre planète et la nôtre. Les facteurs de risque des maladies occidentales sont presque tous liés à une alimentation carnée. Et les bénéfices d’un régime végétalien sur la santé sont maintenant avérés par les recherches scientifiques et reconnus par des institutions internationales et des organismes de santé comme l’AND (Academy of Nutrition and Dietetics), le Physician’s Committe For Responsible Medicine, NutritionFacts.org et bien d’autres…

couverture Confortablement ignorant

Comfortably Unaware
Le premier livre du Dr Richard Oppenlander est paru en 2012 aux États-Unis, où il a reçu plusieurs prix, ainsi que le soutien de personnalités comme le Dr Neal Barnard, président du Physicians Comittee for Responsible Medicine, Jane Goodall, primatologue, éthologue et anthropologue, ou encore Ellen DeGeneres, animatrice de télévision américaine.

Confortablement ignorant
Pour alerter et éveiller les consciences à l’approche de la COP21, les éditions Le Muscadier ont publié en novembre 2015 la version française de ce livre choc sous le titre Confortablement ignorant — changeons nos habitudes alimentaires pour protéger le climat et notre santé. L’Association végétarienne de France, souscripteur majeur de la traduction française, en recommande vivement la lecture.
Confortablement ignorant, changeons nos habitudes alimentaires pour protéger le climat et notre santé, Éditions Le Muscadier, novembre 2015, 13€.

À consulter:
www.muscadier.fr
www.facebook.com/confortablementignorant
♦ Marianne Fontaine, Romane Brune et Sophie Choquet

Offre spéciale et limitée: 40 livres Confortablement ignorant sont proposés en cadeau de bienvenue pour toute adhésion souscrite en ligne par carte bancaire, ici.


Notes
[1] Richard Oppenlander cite dans Comfortably unaware des données de 2008 de la FAO. Selon cette agence de l’ONU, qui prévoit 110 milliards d’animaux tués chaque année en 2050, 63 milliards environ d’animaux terrestres et d’oiseaux ont été tués en 2010, contre environ 44 milliards par an autour de 1950. Selon d’autres sources, incluant notamment les poissons, le nombre total d’animaux tués dans le monde en 2003 se serait élevé à 142 milliards.
[2] ndlr: les paramètres pris en compte ou non dans les différentes estimations sont présentés dans le rapport scientifique de l’AVF, Élevage et climat — comprendre le problème, évaluer les solutions”, disponible en téléchargement sur www.defi-veggie.fr.