Alors que la chaleur estivale a battu des records en France et que les incendies en Arctique augurent d’un réchauffement climatique catastrophique, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) vient de rater une occasion historique d’exposer clairement et avec force l’urgence à changer collectivement notre modèle alimentaire. Si le rapport énonce la place de l’agriculture et de l’alimentation dans l’impact de nos modes de vie sur le climat, ce qui est une évolution à saluer, il énonce bien trop timidement la nécessité de mesures politiques fortes pour la végétalisation de notre alimentation. Nous déplorons que les effets positifs et significatifs d’une réduction de l’élevage ne soient pas plus clairement mis en avant par le GIEC, en particulier dans le résumé pour les décideurs, qui attire toute l’attention des médias.
Pourtant, le rapport montre très clairement, entre autres à travers la figure ci-dessous, que plus un régime alimentaire dépend des produits animaux, plus il est nocif pour le climat.

Potentiel technique d’atténuation des gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050 selon les types de régimes alimentaires examinés dans la littérature scientifique par le GIEC.
Source : GIEC, Chapitre 5 page 77

Dans une célèbre méta-analyse parue dans Science, regroupant les résultats de 570 études portant au total sur 38 700 fermes réparties dans 119 pays, Poore et Nemecek ont montré qu’un scénario d’abandon de la consommation de produits animaux permettrait de réduire la surface terrestre utilisée pour produire de la nourriture de 76 % (dont une réduction de 19% pour les terres arables), les émissions de gaz à effet de serre par l’alimentation de 49%, l’acidification des terres de 50 %, l’eutrophisation de 49 % et la pénurie de prélèvement d’eau douce de 19 %.

En France, sans même compter le fourrage, 73 % du grain destiné à l’alimentation, cultivé sur des champs fertilisés et labourés, sert à alimenter le bétail plutôt que les humains directement. Si on laissait les pâturages redevenir naturellement les forêts qu’ils étaient par le passé, et que les terres destinées à la culture de la nourriture du bétail étaient utilisées pour faire pousser des céréales, des légumineuses, des fruits et légumes pour les humains, les terres pourraient absorber une quantité colossale de carbone supplémentaire. Notre agriculture se suffirait aussi à elle-même, alors qu’actuellement 97 % des tourteaux de soja consommés en France sont importés, majoritairement du Brésil, afin de nourrir les animaux que nous consommons.

Lorsqu’on évalue l’impact environnemental de la nourriture consommée, on commet souvent deux erreurs. La première est de résumer l’élevage français à l’élevage de ruminants, alors que l’immense majorité des autres animaux sont élevés en intensif, et d’imaginer que l’élevage extensif serait meilleur pour la planète. Comprenons bien que l’intensif cause des dégâts massifs à l’environnement (par les cultures destinées à son alimentation, comme pour les pollutions qu’il rejette…). Cependant, l’élevage extensif occupe, par définition, encore plus de terres à production équivalente. Cette terre pourrait sans cela être dévolue aux écosystèmes et à la vie sauvage, dans le cadre d’une politique de réensauvagement, envisagée comme vitale par les écologues.
Selon le rapport sur l’élevage publié par la FAO en 2006, les émissions totales liées à l’élevage en extensif sont de 5 milliards de tonnes d’équivalent CO2, contre 2,1 milliard de tonnes pour l’élevage intensif, soit respectivement 13 % et 5 % des émissions anthropiques globales. Quant à la capacité des prairies à stocker le carbone, une étude menée par le Food Climate Network s’appuyant sur 300 sources scientifiques démontre que cette capacité d’absorption de carbone des prairies équivaut tout au plus, et selon les calculs les plus optimistes, de 20 % à 60 % des émissions de méthane des ruminants broutant sur ces prairies.

Les prairies ne sont pas sans abriter une certaine biodiversité, mais celle‐ci est sans commune mesure avec celle des espaces naturels qu’elles ont remplacés à grands coups de piétinements et de broutage. Nous en sommes arrivés à un point où les humains et leur bétail pèsent autant que 96 % de l’ensemble des mammifères terrestres. C’est-à-dire que nous n’avons laissé aux 5 500 espèces non-exploitées l’opportunité de ne représenter que 4 % du total.

Une seconde erreur commune est de se concentrer sur le transport des marchandises. Pour les quelques produits haut de gamme voyageant en avion, cela fait sens. Mais pour l’immense majorité des aliments (grains, légumes, viande ou lait) les gaz à effet de serre produits par le transport ne représentent qu’une petite partie de l’impact global. D’après l’ADEME, un kilo de pomme venant d’Amérique du Sud a ainsi deux fois moins d’impact sur le climat qu’un kilo de poulet produit en France.

Malgré ces conclusions nettement en faveur d’une alimentation végétale, force est de constater que l’empreinte catastrophique de l’élevage continue d’être sous-estimée dans le rapport du GIEC. L’élevage occupe environ 70 % des terres agricoles pour ne fournir que 20% des calories, et l’impact de cette occupation des territoires est minimisée par l’absence de prise en compte de deux facteurs.
D’une part, le rapport ne s’intéresse qu’à ce qui peut être stocké dans le sol. Or, dans la majorité des territoires, la forêt pourrait remplacer les territoires agricoles rendus à la nature, stockant davantage de carbone non seulement dans le sol, mais aussi dans les branches et les troncs. L’Institut National de l’Information Géographique et Forestière évalue ainsi que 43 % du carbone stocké par une forêt est contenu dans la biomasse aérienne, soit bien plus que dans les champs et prairies.
D’autre part, comme le souligne l’éditorialiste Georges Monbiot dans le Guardian, le GIEC favorise encore l’élevage en ne prenant pas en compte le carbone qui aurait été stocké si ces terres n’avaient pas été exploitées. Un article paru en décembre 2018 dans la revue très réputée Nature, prenant en compte cet aspect, souligne l’urgence de mesures publiques drastiques pour un changement global d’alimentation. D’après les données officielles, l’empreinte carbone moyenne d’un français est de 11 tonnes de CO2 par an ; mais ce que nous apprend l’article de Nature, c’est que le manque de stockage de carbone dû à l’utilisation des terres pour l’agriculture double ce chiffre, rendant l’alimentation aussi impactante que l’ensemble de ce qu’un habitant du nord de l’Europe consomme par ailleurs.

En prenant en compte le stockage de carbone par les terres, un régime comprenant des produits animaux dégage 4,5 fois plus de gaz à effet de serre qu’un régime équilibré totalement végétal !

Source : Nature, Searchinger et al.

L’article de Nature estime ainsi qu’en moyenne, à quantité équivalente de protéines, le poulet dégage 6 fois plus de gaz à effet de serre que le soja, le lait de vache 15 fois plus et la viande de boeuf 73 fois plus. Aussi incroyable que cela puisse paraître, pour obtenir un seul kilogramme de protéines de boeuf, on a perdu l’opportunité de stocker dans les sols l’équivalent de 1 250 kg de CO2, soit autant que deux aller-retour Paris-Moscou en voiture, ou trois trajets entre Paris et Montréal en avion.
Ces coûts moyens prennent en compte le fait que du soja produit en Amazonie, dans des zones déforestées, serve à nourrir le bétail européen. Mais même les animaux pâturant en Europe de l’Ouest réduisent la possibilité de stocker du carbone dans le sol : une étude de 2012 a chiffré qu’un kilogramme de protéines issues de boeufs élevés sur pâturages représente un déficit de stockage de 643 kg de CO2.

Si nous voulons enrayer les catastrophes climatiques et écologiques, le facteur clé sera de minimiser la surface que nous utilisons à nos propres fins, et d’améliorer les modes de productions sur les terres restantes utilisées. Cela sera d’autant plus bénéfique que dans nos pays riches, les meilleures alimentations pour l’environnement sont aussi les meilleures pour la santé, comme l’ont montré plusieurs études récentes. Mais au lieu d’encourager la transition alimentaire vers le végétal, le gouvernement français et l’Union Européenne s’acharnent à perfuser un secteur de l’élevage moribond à grand renfort de subventions (qui dépassent souvent 100% du revenu des exploitations agricoles !).

À l’heure de l’urgence écologique, l’argent public doit servir à subventionner la transition agricole dont nous avons besoin plutôt que de soutenir un modèle mortifère et dépassé. Les professionnels de l’alimentation doivent être formés pour proposer des menus végétaux savoureux et équilibrés. Les autorités médicales doivent soutenir la réduction de la consommation de protéines animales, conformément aux connaissances scientifiques en vigueur sur le sujet. Les structures de la restauration collective doivent développer une offre cohérente avec l’intérêt collectif et celui de nos enfants. Sommes-nous prêts à agir maintenant, ou allons-nous continuer à saboter notre planète aux dépens des générations futures ?


Rédacteur : Frédéric Mesguich, fondateur de La Blogothèque Animaliste (avec le soutien de la commission Ecologie de l’AVF)

Contact presse : Élodie Vieille Blanchard, Présidente de l’AVF : 06 32 43 86 40 — email