Dans une cam­pagne d’affichage qui se veut humoris­tique (« Pour sauver un paysan, mangez un végan »), la Coor­di­na­tion Rurale a sug­géré cette semaine que le mou­ve­ment végane était respon­s­able de la crise actuelle du secteur agri­cole.

Une telle affirmation est-elle sérieuse ?

En réal­ité, si la pop­u­la­tion agri­cole française a été divisée par plus de 10 depuis la fin de la Sec­onde guerre mon­di­ale, la rai­son prin­ci­pale a été l’industrialisation de l’agriculture, et plus par­ti­c­ulière­ment de l’élevage. Cette indus­tri­al­i­sa­tion a été voulue et accom­pa­g­née par l’État qui, au fil des décen­nies, a soutenu les éle­vages les plus pro­duc­tifs, au mépris de la souf­france ani­male et du respect des écosys­tèmes.

Aujourd’hui, le secteur de l’élevage est à bout de souf­fle, et peine à trou­ver des débouchés. Selon la Food and Agri­cul­ture Orga­ni­za­tion (FAO), ce secteur est respon­s­able de 14,5% des émis­sions de gaz à effet de serre à l’échelle de la planète, soit davan­tage que le secteur des trans­ports à tra­vers ses émis­sions directes. L’Agence nationale de sécu­rité san­i­taire de l’alimentation, de l’environnement et du tra­vail  (ANSES) a par ailleurs recon­nu en jan­vi­er dernier que toutes les vian­des, hors volailles, aug­men­taient le risque de mal­adies chroniques.

Faut-il donc sauver un système moribond, préjudiciable à l’ensemble de la société, ou investir dans un modèle d’avenir ?

Nous croyons aujourd’hui que les choix poli­tiques du passé doivent pou­voir être remis en ques­tion à l’épreuve des faits. Il est temps d’organiser la tran­si­tion vers un autre mod­èle, plus durable et plus éthique. En tant que véganes, nous ne voulons cer­taine­ment pas manger les éleveurs, mais nous soutenons un mod­èle fondé sur le végé­tal, le bio et le local, créa­teur d’emplois durables et non délo­cal­is­ables.
Avec le pro­gramme Veg­gie 2017, nous nous adres­sons aujourd’hui aux 11 can­di­dates et can­di­dats à l’élection prési­den­tielle, à qui nous pro­posons 10 mesures pour une ali­men­ta­tion plus durable et plus éthique, à décou­vrir sur www.veggie2017.fr.

Source : Asso­ci­a­tion végé­tari­enne de France : www.vegetarisme.fr

Con­tact presse :

Élodie Vieille Blan­chard, prési­dente
presidente@vegetarisme.fr
06 32 43 86 40