Pour la deux­ième fois en qua­tre mois, l’association L214 a dévoilé à tra­vers des images d’abattoir une réal­ité vio­lente, insouten­able. Cette fois-ci, les images provi­en­nent d’un abat­toir « bio », en cir­cuit court. Elles démon­trent de manière irréfutable que les représen­ta­tions com­munes en matière d’élevage et d’abattage sont aux antipodes de la réal­ité et que le con­cept de « viande heureuse » est une dan­gereuse oxy­more.

Puisqu’il n’existe pas d’élevage éthique, et pas d’abattage sans immenses souf­frances, il con­vient d’en tir­er les con­clu­sions qui s’imposent.

Manger des pro­duits ani­maux n’est pas néces­saire pour la san­té, d’ailleurs les végé­tariens et végé­tal­iens vivent mieux et plus longtemps que les mangeurs de viande.

Pro­duire de la viande, du lait et des œufs pos­sède un lourd impact écologique, et impose aux ani­maux un incon­tourn­able fardeau de souf­france.

Éthique, durable et saine, l’alimentation végé­tari­enne est l’alimentation du futur. Sans atten­dre l’effondrement total du secteur de l’élevage, à bout de souf­fle et main­tenu sous per­fu­sion par les sub­ven­tions publiques, nous appelons les pou­voirs publics à soutenir le développe­ment d’alternatives végé­tales aux pro­duits ani­maux. Une nou­velle économie est en marche. À l’heure de l’urgence cli­ma­tique, ce serait faire preuve de lucid­ité et de bon sens que de la soutenir.


Vos con­tacts presse :

Élodie Vieille Blan­chard, prési­dente et porte-parole :
06 32 43 86 40, presidente@vegetarisme.fr

Sophie Cho­quet, respon­s­able com­mu­ni­ca­tion :
06 58 80 03 36, communication.avf@gmail.com