L’AVF apporte son soutien à la nouvelle campagne du Lundi Vert (qui consiste à remplacer chaque lundi la viande et le poisson par une alternative végétarienne), qui met les légumineuses à l’honneur. Riches en fibres, protéines, fer, et pauvres en matières grasses, les légumineuses présentent de nombreux avantages nutritionnels. Elles constituent ainsi une excellente alternative aux protéines animales : la consommation de viande rouge dans les pays occidentaux est aujourd’hui excessive et est liée à l’augmentation de maladies ‘modernes’ comme les maladies cardiovasculaires ou le diabète1. Face à ce constat, de plus en plus de scientifiques et d’organismes de santé gouvernementaux recommandent une transition globale vers un modèle alimentaire basé sur les protéines végétales, et plus spécifiquement sur les légumineuses.

Un impact environnemental important

Le Lundi vert est particulièrement bénéfique pour la planète : selon Greenpeace, si une ville comme Nantes instaurait deux repas végés par semaine, elle économiserait 548 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent de plus de 548 allers-retours Paris-New York !2

→ En développant l’agriculture végétale et la culture des légumineuses, nos systèmes agricoles deviendraient plus résilients : l’élevage est un des principaux responsables de la déforestation et de la pollution des eaux et des sols, alors que les légumineuses permettent au contraire de réduire l’utilisation d’engrais.3

Il est bien plus intéressant du point de vue environnemental de végétaliser son alimentation que de manger local : si la relocalisation de l’alimentation a des avantages économiques et sociaux avérés, la réduction des émissions de gaz à effet de serre qu’elle engendre (moins de 5% des émissions liées à l’alimentation4), comparée à celle engendrée par l’augmentation des repas végétariens (plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre liés à l’alimentation5), est beaucoup plus anecdotique.

La réintroduction des légumineuses dans notre alimentation doit donc constituer un axe central des projets agro-écologiques portés par les territoires. Cet objectif correspond d’ailleurs aux recommandations de la Convention Citoyenne sur le Climat, qui propose de réduire de 20% la consommation de viande et de produits laitiers en France d’ici 2030, et d’atteindre 100% d’autonomie en protéines végétales pour l’alimentation humaine. Pour la préservation de la biodiversité et de notre santé, il est urgent de développer cette filière agricole !

Les légumineuses à la cantine !

Dans le cadre de sa mission “Végécantines”, l’AVF défend l’introduction de deux repas végétariens par semaine, ainsi que d’une option végétale quotidienne dans les cantines scolaires. La loi EGALIM, qui rend obligatoire de servir au minimum un repas végétarien par semaine et oblige les restaurants collectifs à diversifier les sources de protéines n’est malheureusement pas toujours respectée. Seuls 73% des écoles primaires, 59% des collèges et 52% des collèges servent un repas végétarien hebdomadaire (voir notre Communiqué de Presse à ce sujet).

Dans cette perspective, l’AVF agit pour valoriser davantage les légumineuses, trop souvent délaissées dans les cantines malgré leurs apports écologiques et nutritionnels : dans plus de 60% des cantines scolaires, les enfants en mangent moins de deux fois par semaine6. Le personnel de la restauration collective est pourtant volontaire, puisque 90% d’entre eux souhaitent être mieux formés, afin de cuisiner plus régulièrement une plus grande diversité de légumineuses. Ainsi, la végétalisation de l’offre alimentaire en milieu scolaire est un moyen privilégié pour faire découvrir aux usagers les bienfaits des légumineuses. Cette mesure peut également être accompagnée d’une réduction de la part carnée dans les menus non-végétariens au profit des légumineuses : à titre d’exemple, un hachis parmentier peut être composé pour moitié de viande hachée et pour moitié de lentilles vertes (ou uniquement de lentilles vertes !) afin de réduire l’impact environnemental de l’assiette. Dans l’intérêt de tous, nous avons besoin de politiques volontaristes et engagées aux côtés du personnel et des usagers pour mettre en oeuvre tous les outils nécessaires à la transition alimentaire.

Pour des raisons écologiques et sanitaires, le Lundi Vert devrait être généralisé à toute la restauration collective et le personnel formé pour promouvoir ces repas. Il peut facilement être intégré dans la démarche de végétalisation des cantines scolaires accompagnée par l’AVF partout en France. Les légumineuses, pilier central de cette transition, doivent être réintroduites dans notre modèle agricole et alimentaire pour en garantir la résilience. Mettons les légumineuses au menu dans la restauration scolaire !

Contact Presse

Elyne Etienne, Association Végétarienne de France, Responsable du Pôle ‘Végécantines’ — e.etienne@vegetarisme.fr

Sarah Champagne, Association Végétarienne de France, Responsable du Pôle ‘Végépolitique’ — sarah.champagne@vegetarisme.fr

  1. Voir par exemple l’étude du Karolinska Institutet ou encore les recommandations de l’OMS en la matière.
  2. Greenpeace France, ‘Repas végétariens dans les cantines : la mobilisation continue!’, 7/11/2019.
  3. https://www.vegetarisme.fr/pourquoi-etre-vegetarien/environnement/
  4. L. Bègue, N. Treich, ‘Le “lundi vert”, sans viande ni poisson, est loin d’être un gadget écologique’, The Conversation, 28 septembre 2020
  5. N. Stylianou, C. Guibourg, H. Briggs, ‘Plutôt viande ou légumes ? L’impact climatique de vos aliments’, BBC News, 14 décembre 2018
  6. https://www.inrae.fr/sites/default/files/pdf/2020_INRAE_4P_Les%20legumineuses%20en%20restauration%20collective.pdf