Le prési­dent Hol­lande s’est déclaré le 5 févri­er devant le Par­lement européen à Stras­bourg : « con­scient que, aujourd’hui, ce sont les pro­duc­tions ani­males qu’il con­vient de favoris­er par rap­port aux pro­duc­tions végé­tales », car « il y a une vraie crise de l’élevage en Europe »*.
L’AVF note cepen­dant que :
  1. l’élevage pra­tiqué en France et en Europe est la pre­mière source de pol­lu­tion. L’élevage recou­vre déjà 2/3 des ter­res agri­coles en France, con­somme 10 fois plus d’eau que pour pro­duire des pro­téines végé­tales,   pol­lue nos riv­ières et nos plages, néces­site encore et encore des déforesta­tions, est respon­s­able de 18 % des gaz à effet de serre (autant que les trans­ports ou l’énergie). La réduc­tion de la part carnée de l’alimentation devient ain­si le levi­er majeur pour chaque habi­tant, de réduire le réchauf­fe­ment cli­ma­tique.
  2. la con­som­ma­tion actuelle de pro­duits ani­maux est une cat­a­stro­phe san­i­taire. Les recom­man­da­tions du PNNS, qui con­seille aux Français(e)s de manger 1 à 2 fois de la viande par jour et 3 à 4 fois des pro­duits laitiers par jour, influ­ent notable­ment sur les can­cers (col­orec­tal, de la prostate et du sein en par­ti­c­uli­er), les mal­adies car­dio­vas­cu­laires, l’obésité, l’hypertension, l’ostéoporose, le dia­bète de type 2, l’altération des fonc­tions cog­ni­tives, ain­si que nom­bre de patholo­gies auto-immunes comme la pol­yarthrite rhu­ma­toïde. Si nous végé­tal­isons notre ali­men­ta­tion, nous pou­vons réduire de façon dras­tique les fac­teurs de risque pour toutes ces mal­adies et arriv­er ain­si à un monde où les humains seront en meilleure san­té et, par con­séquent, à réduire le déficit de l’assurance-maladie.
  3. les con­di­tions de l’élevage indus­triel sont indignes d’un grand pays comme le nôtre 82 % des 700 mil­lions de poulets de chair sont élevés sans accès à l’extérieur, 81 % des 47 mil­lions de poules pon­deuses et 99% des 40 mil­lions de lap­ins sont élevés en bat­terie de cages. 90% des 25 mil­lions de cochons sont élevés sur caille­bo­tis en bâti­ments. Si les bovins ont encore sou­vent un accès à l’extérieur, cer­tains d’entre eux passent aus­si leur vie en stab­u­la­tion. L’AVF s’élève avec force con­tre cette vision passéiste exprimée par le prési­dent Hol­lande alors que tous les organ­ismes inter­na­tionaux (la FAO en par­ti­c­uli­er) mon­trent que l’humanité ne pour­ra être nour­rie qu’en dimin­u­ant très forte­ment la part des pro­duits ani­maux au prof­it des pro­duits végé­taux. À ce titre, nous deman­dons au prési­dent qu’un nou­veau PNNS soit élaboré  indépen­dam­ment des lob­bys agro-ali­men­taires, dans lequel le rôle des pro­téines végé­tales, aujourd’hui très large­ment sous-estimé con­tre toute évi­dence sci­en­tifique, soit mis en valeur, et de soutenir la cam­pagne « un jour sans viande » : http://un-jour-vegetarien.fr/
Plus d’infos sur : http://vegetarisme.fr/ et http://www.viande.info/
* Arti­cle Ouest France qui relate les pro­pos du prési­dent : http://www.ouest-france.fr/actu/AgricultureDet_-Pac-Francois-Hollande-pret-a-accepter-des-concessions_3640-2161067_actu.Htm