Communiqué — 1er avril 2021.

En février dernier, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, M. Julien Denormandie, s’insurgeait contre la proposition d’un menu unique sans viande dans les cantines lyonnaises en contexte de crise sanitaire, proposition qu’il qualifiait même de « honte », en affirmant que les enfants des familles modestes risquaient de pâtir d’un menu sans chair animale. 

L’Association végétarienne de France (AVF), de concert avec d’autres associations partenaires, n’avait alors pas manqué de répondre à ce discours pétri d’idées reçues. Dans plusieurs tribunes et communiqués, nous avions rappelé des faits bien étayés sur le sujet : une alimentation végétarienne convient parfaitement aux enfants, elle est même conseillée pour les enfants des familles modestes, qui sont précisément ceux qui consomment le plus de viande et sont exposés à des risques de carences en fibres. Nous avons également profité du débat pour rappeler l’efficacité des menus végés dans les cantines comme mesure écologique, sans équivalent lorsqu’il s’agit de réduire l’impact de notre alimentation sur le climat et la biodiversité.

Il y a quelques semaines, notre chargée de mission 1·2·3 Veggie, qui organise des cours de cuisine en ligne variés auprès d’un public fidèle et enthousiaste, nous a fait part de la participation récurrente à ces cours d’un certain « Julien D. », qui se disait particulièrement curieux de découvrir les techniques et ingrédients de la cuisine végétale, et manifestait un enthousiasme débordant pour les recettes proposées par les chefs. 

Il nous a fallu un peu de temps pour établir un lien entre les faits mentionnés plus haut et la présence à nos cours de ce nouveau participant. Cependant, les mails que nous avons reçus ensuite, et qui portaient des objets tels que « Vive le tofu !! », et « J’M l’aquafaba !!! » ont permis d’étayer les faits avec solidité : le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, celui même qui, il y a encore deux mois, se révoltait contre la proposition de menus qui n’étaient pas même végétariens, mais plus simplement sans chair d’animaux terrestres, était en train de se convertir au véganisme, suite à nos prises de position publiques sur le sujet.

« J’ai pris conscience que notre modèle agricole et alimentaire allait droit dans le mur », nous a confié ce nouvel adhérent de l’AVF. « Je suis père de quatre enfants, et je ne veux plus défendre des intérêts économiques qui sont en train de ruiner notre planète. Le plus important pour moi, c’est aujourd’hui de pouvoir me regarder droit dans la glace. La dissonance cognitive, c’est épuisant. Je préfère renoncer à ma position politique et me sentir en cohérence avec mes valeurs chrétiennes de solidarité et de respect, qui doivent prendre en considération l’ensemble des êtres sensibles », nous a‑t-il également communiqué. 

L’AVF se félicite évidemment de cette conversion, qu’elle espère influente au sein du parti LREM, et se réjouira d’inviter M. Denormandie à un déjeuner convivial et gourmand, dès lors que la situation sanitaire le permettra.

Contact presse :
Élodie Vieille Blanchard, présidente de l’AVF.