Un article de Ellen Scott, paru sur Metro.co.uk le 3 août 2017, et traduit par Sandrine Pantel.

Soyons clairs dès le départ : le cliché du végane agressif n’est pas vrai pour tous les véganes. Il y a des tas de véganes et végétariens qui ne sont pas du tout moralisateurs ni ne portent de jugement et qui n’ont aucun problème à devenir amis avec des mangeurs de viande et de fromage.

Mais certains véganes et végétariens donnent une mauvaise image des véganes, tout comme certains mangeurs de viande donnent une mauvaise image des omnivores. Ils donnent en effet une image d’exclusion, une image dure du monde du véganisme en s’énervant contre les personnes qui choisissent de passer par le flexitarisme ou en faisant la leçon aux mangeurs de viande quand ces derniers n’ont clairement pas envie de se laisser convaincre.

Un sondage récent montre que le petit groupe de véganes se montrant un peu trop agressifs dans leur mission consistant à répandre la bonne parole finissent par dissuader certains mangeurs de viande à renoncer aux produits animaux.

Dans le cadre d’un sondage, 2363 Britanniques ont été interrogés sur leur régime alimentaire et leur comportement vis-à-vis d’un éventuel passage au végétarisme ou au véganisme.

Les deux tiers des personnes interrogées ont déclaré avoir envisagé de devenir véganes ou végétariennes au cours de l’année passée, en soulignant avoir été influencées par certaines informations comme les bénéfices pour la santé d’arrêter de consommer de la viande ou encore des photos et vidéos provenant de l’industrie de la viande.

Mais qu’est-ce qui les empêche de sauter le pas ? Une fois les personnes interrogées mises face à une liste de raisons pour lesquelles elles continuent à manger de la viande, cinq raisons principales ont émergé du lot.

Les cinq raisons principales pour lesquelles les personnes renoncent à passer au véganisme ou au végétarisme :

  • J’aime trop le goût de la viande (81 %)
  • Les substituts à la viande sont trop chers (58 %)
  • Je ne trouverais pas d’idées de repas (50 %)
  • Ma famille mange de la viande et refuserait de m’accompagner dans mon végétarisme ou mon véganisme (41 %)
  • L’attitude de certains végétariens/véganes m’en a dissuadé (26 %)

Tandis que la majorité des personnes interrogées ont déclaré leur amour de la viande comme la raison principale pour laquelle elles ont renoncé à passer au véganisme ou au végétarisme, il faut cependant noter que 26 % d’entre elles ont fait ce choix à cause de l’attitude de certains véganes ou végétariens.

Photo : Getty

Les personnes menant le sondage ont alors demandé à ceux ayant désigné l’attitude des véganes/végétariens comme la raison principale ce que ces derniers avaient fait, exactement, pour les dissuader de suivre leur exemple.

Les réponses principales ont été « Ils sont assez agressifs envers ceux qui mangent de la viande » (37 %) et « Ils considèrent leur régime comme la seule bonne façon de manger ». 25 % des personnes interrogées ont déclaré avoir reçu des leçons sur leur façon de manger et sur les raisons pour lesquelles elles devraient sauter le pas, ce qui, manifestement, n’a pas réussi à les convaincre.

Et maintenant, quelques remarques là-dessus.

Le sondage n’a pris en compte que des personnes mangeant toujours de la viande et n’a pas inclus de personnes ayant sauté le pas. Nous ne savons donc pas ce qui a effectivement marché pour convaincre ces dernières de devenir végétariennes ou véganes.

Il faut également noter que le sondage a été mené par VoucherCodesPro, une société susceptible de se focaliser davantage sur le côté financier et les dépenses que les personnes considèrent comme indissociables du végétarisme et du véganisme.

Mais ce que ce sondage nous montre, c’est que certains mangeurs de viande considèrent que les véganes agressifs les dissuadent de sauter le pas et de passer à un régime sans produits animaux.

On peut donc en conclure que, si vous souhaitez réellement promouvoir le véganisme, la meilleure façon n’est donc probablement pas de faire la leçon, de juger ou de reproduire le cliché du végane agressif, têtu et n’acceptant pas le moindre compromis. La solution est plutôt de rendre le véganisme et le végétarisme plus accessibles.

42 % des personnes interrogées ont déclaré que si les substituts à la viande étaient moins chers, elles envisageraient alors de sauter le pas, tandis que la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu’elles ne sauraient pas quoi cuisiner en devant végétariennes ou véganes.

La solution est donc peut-être d’aider et de conseiller les personnes ouvertes à ce sujet, que ce soit en leur montrant des alternatives peu coûteuses à la viande ou en leur proposant des idées de repas, et d’accepter que certains préfèrent commencer en testant le flexitarisme.

De toute évidence, cela ne sert à rien d’être acharné et il est peut-être temps de passer à des solutions plus douces.