2013-10-02-rechauffement_climatique_journees_mondiales_vegetariennes-1.pdf - Adobe Acrobat Pro Les experts du GIEC sonnent l’alarme : si nous n’agissons pas très vite contre le réchauffement global, les conséquences pour nos sociétés pourraient être très sérieuses.

Et alors qu’on se demande « comment faire ? », les Journées Mondiales Végétariennes (JMV) arrivent à point nommé, la première semaine d’octobre, pour rappeler le moyen le plus simple , rapide , bon marché et efficace pour diminuer significativement nos émissions de gaz à effet de serre.

En effet, les émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation de viande (et poisson) sont plus importantes que celles liées à l’ensemble des transports mondiaux d’après la FAO dans un rapport datant de 2006.

Le président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), Prix Nobel de la Paix, avait même appelé , lors de son voyage à Paris, à diminuer progressivement, puis cesser la  consommation de viande.

N’attendons pas davantage ! Le changement, ça peut être maintenant !

2013-10-02-rechauffement_climatique_journees_mondiales_vegetariennes-1.pdf - Adobe Acrobat ProLors des JMV l’Association Végétarienne de France organise des ateliers cuisine, des dégustations, des conférences, des stands d’information et des repas végétariens un peu partout en France, et édite une brochure gratuite afin de faire découvrir une cuisine savoureuse, saine, variée, solidaire, pour un jour… ou pour la vie !

Certains ont d’ailleurs déjà franchi le pas :

Pénélope Cruz, Arielle Dombasle, Joaquin Phoenix, Forest Whitaker, Jane Manson, Yves Rénier, Paul McCartney, Claude Lévi-Strauss, Nathalie Portman, Newton, Carl Lewis, Surya Bonaly, Djamel Bouras, Jeanne Mas, Théodore Monod, Aymeric Caron…et bien d’autres.

POUR EN SAVOIR PLUS

Les Journées Mondiales Végétariennes, c’est la possibilité de se faire plaisir, et c’est entrevoir la possibilité d’un monde meilleur.

« Je pense que le végétarisme transcende cet art (culinaire). Ce choix alimentaire est indispensable pour la santé humaine, pour l’environnement et pour un juste respect de la vie animale. »
Jean Montagard, chef cuisinier cité dans le Gault et Millau, parrain des JMV 2013.

Ces journées sont l’occasion de se faire plaisir si l’on est gourmand, tout en proposant de réfléchir aux conséquences de l’alimentation à dominante carnée sur la santé humaine, les animaux, l’environnement, l’équilibre alimentaire mondial et les rapports Nord-Sud.

C’est proposer des solutions concrètes pour :

Partager avec les plus démunis

800 millions de tonnes de céréales sont consommées chaque année par les animaux d’élevage, principalement en Occident. Ces céréales ne sont donc pas disponibles pour les populations humaines.

Agir pour l’environnement

  • Un rapport de l’ONU (FAO) publié en 2006 précise que l’élevage est responsable de 18% des émissions mondiales des gaz à effet de serre, soit plus que l’ensemble du secteur du transport mondial.
  • Une journée végétarienne permet d’économiser 5 400 litres d’eau par personne, soit une centaine de douches, toujours selon selon l’ONU (FAO)
  • La surpêche occasionne un effondrement des populations de poissons dans les océans. Quant à l’élevage des poissons, il nécessite de grandes quantités de poissons sauvages afin de nourrir les poissons élevés : environ 4 à 5 kg de poissons sont ainsi nécessaires pour obtenir 1 kg de saumon.

Agir pour préserver sa santé

L’alimentation végétarienne prévient des maladies spécifiques : cancers, obésité, maladies cardiovasculaires, diabète de type 2. Selon le professeur Henri Joyeux, cancérologue, les végétariens ont une mortalité par cancer réduite de 40 % et une mortalité cardio-vasculaire réduite de 50 %.

Agir pour les animaux

La consommation de viande entraîne l’élevage et l’abattage d’animaux dans des conditions posant question : castration des porcelets à vif, bec des poulets coupés à vif, poissons dépecés et découpés vivants, etc. Beaucoup de Français sont désormais choqués par ces conditions d’élevage et d’abattage des animaux d’élevage. Est-ce digne d’une civilisation moderne ? En France, chaque jour, 3 millions d’animaux sont ainsi élevés et tués à un âge très jeune pour être mangés. Soit 1,1 milliard d’animaux par an.